You are currently browsing the category archive for the ‘Technologies’ category.

En fan finie de Google, je me suis récemment tapé le livre « 55 Ways to Have Fun With Google » du – il paraît – populaire bloggeur Philipp Lenssen (Google Blogoscoped).

Pour tout dire, ce livre marque une avancée pour moi en matière de geekness et d’attachement à la technologie: c’était la première fois que je lisais un livre complet en .pdf. Ouh!

55 Ways, 55 de son petit nom, raconte, en 55 chapitres, une cinquante-cinquaine de moyens de s’amuser ou bien de se servir de façon intelligente (et pratik) du moteur dominant de la planète. On y découvre des petites histoires sur Goo, des trucs de recherche, des divagations sur l’avenir, des jeux et des random facts drôles (ou pas).

Il serait plutôt vain de résumer le bouquin, puisqu’il est disponible pour vous gratos en cliquant sur ce lien, et que la table des matières que vous découvrez dans le fichier est plutôt révélatrice (pas toujours, mais bon hein!) Par contre, j’ai ressorti les trucs draulll LOL ROFLCOPTER TOL HAHA sur quoi j’ai flashé pour vous les faire voir dans le bonheur du cui-cui.

1. The President of the Internet.
De la même façon qui fait que mouton insignifiant a autrefois mené sur la biographie officielle de Jean Charest, les mots President of the Internet mènent vers la page de celui-celle qui est président-e de l’internet au moment de la recherche.

Le président est donc (pour le moment).. Dan James. Go mon Dan, t’es capable! Fais nous une présidence d’enfer!

Dan James - President of the Internet

2. Recettes
Faim? Des petits pois et du caramel dans votre congélateur? Incapable de voir un lien entre ces deux ingrédients? À l’aide de l’opérateur inurl, vous pouvez chercher ces deux ingrédients dans une même page à l’intérieur de sites précis de recettes (pour pas tomber sur un site douteux d’admirateurs des pois au caramel..)

Ça marche comme ça: pois caramel (inurl:recettes.com | miammiam.ca | oyeespanolcocina.es | macdonalds.com)

Le résultat de cette recherche est plutôt poche, probablement parce que pois et caramel: hurk! (et aussi parce que les sites de recette sont des sites ficitfs..), mais, en général, vous devriez y arriver et c’est franchement pratique.

3. Bleh Bleh.
En fait, en re-regardant la table des matière de ce livre sympa, j’ai redécouvert plein de trucs drôle dont je pourrais vous parler. Comme ça trouvez: des tours de magie (cliquez sur le fond de la page et pouf! plus de o dans google), google fight et des trous jusqu’à la fin du monde.

Au final, par contre, je n’ai vraiment pas envie de ré-écrire le livre, alors je ne peux que vivement vous reccomander d’aller le chercher et d’au moins jeter un oeil sur la table des matière. J’ai trouvé cette lecture plutôt amusante (j’ai sauté par-dessus les moments où ce l’était moins ^^) et parfois même très pratique (comme pour la partie avec les recettes).

Merci go-gle. Again.

(ne manquez pas non plus le blog officiel de google. souvent très intéressant!)

Publicités

17.00h, lundi soir. J’écouterais bien un peu de soul bien relax pour finir ma dissert.

Ah nah, plutôt du pop vachement énergique.

De l’électro des années quatre-vingt dix. Oué.

..

Je trouve ça comment?

..

Ne cherchez plus, j’ai la solution miracle! Pour seulement aucun paiement par mois Musicovery vous arrose de la musique que vous voulez, genre, époque et style à votre goût. Gratoss.

Avec son interface toute simple et sa grande variété, c’est le genre de truc qui rend heureux tous les gens qui, comme moi, ont des goût très très très précis en matière de musique autant que ceux qui aiment découvrir de nouvelles choses.

Dans le genre de pandora, un peu, mais sans la possibilité de choisir un artiste précis. Et avec des chansons en français, des fois.

C’est zoli aussi.

musicovery
(finalement, c’est le soul qui a gagné, pour le bonheur d’oreille gauche et d’oreille droite. et hop, dissert bien accompagnée.)

**

Un article sur le sujet dans ce coin-là explique le pourquoi, le comment et le d’où.

À l’aide d’une méthode de plastination que le fou docteur Gunther von Hagens a élaborée, on peut voir à cette expo, toutes les parties de l’anatomie humaine ainsi que des corps complets.

Ouais. Une exposition de corps humains conservés. Pas dans du formol la.
Et c’est fou.

Muscles, ligaments, os, articulations, vaisseaux sanguins.
Système cardiovasculaire, respiratoire, urinaire, de reproduction masculin et féminin.

Il y a même une salle avec le développement du foetus. Avec tout ce que ça implique de corps…

Et les corps complets sont exposés, carrément. De façon artistique et sensible, j’veux dire. Avec des poses. Sans leur enveloppe charnelle, comme ça:
tb1-skateboarder2.jpg
J’ai vu ce corps, j’y étais à quelques centimètres. C’est un vrai la. Le rouge, c’est les muscles.

Si c’est wierd? Ouais, un peu. Ben, pas l’expo en tant que telle, plutôt les trucs qui l’entourent.
Genre, les références religieuses, comme un des corps qui priait, pour rendre hommage à tous les donateurs.
Les références aux médecins de la Renaissance (en ommettant les Orientaux du Moyen-Âge, duh).
La prise de position nette et littéraire contre la cigarette et la mauvaise alimentation. Ce que je partage entièrement, mais c’est simplement que ça ajoutais au « wierd ». (En passant les fumeurs, vos poumous, ils sont incomparablement mille fois plus dégueulasse en vrai qu’en photo…)
Et aussi cette quasi-déification du docteur von Hagens. Et aussi ceci:

BODY WORLDS is the setting for an archetypal battle of good and evil, between Agent 007 and one of the villains of the film. For Dr. von Hagens, who was imprisoned in 1969 for two years after a failed attempt to escape, James Bond films are more than innocuous spy thrillers.

While Bond spent the Cold War fighting Communists, the younger generation behind the Iron Curtain at that time, including Dr. von Hagens, were inspired by him. “He stood for the power of the individual against communism and was anti-authoritarian and unconventional, which I don’t think the film censors realized at the time,” said von Hagens. “The leadership did not understand the thirst of our generation to break boundaries, to be free to travel like James Bond to Jamaica and Cape Canaveral and Fort Knox and Monte Carlo. He was for us the embodiment of freedom and possibilities.”

Tous ces facteurs ensembles créent chez moi un genre de malaise, une impression d’être devant une espèce de secte de scientifiques.

Mais bon, peut-être que j’suis folle aussi.

Et peu importe ces trucs bizarres, ça en vaut réellement la peine. C’est un hymne, quoique scientifique, à la beauté du corps humain. Il y a certes un débat éthique autour du procédé et des expos en générale, mais je n’y entrerai pas, parce que selon moi il ne s’applique pas. (Les corps sont morts…?).

Ah oui, et ceux qui y vont, n’oubliez pas de prendre le guide audio, vraiment un plus. (Il y en a dans plusieurs langues)

Coût: Ça revient à peu près à une 30aine de $. C’est cher, je sais. Mais putain que ça vaut la peine.

Science World, 1455 Quebec Street(yippee!). Vancouver, B.C.
Il y en aura à d’autres endroits (USA & Canada), et j’imagine qu’ils vont ben venir à Montréal emmener.

Bon. Je me décide à vous en parler. De mon nouveau jouet. Un petit bijou. Non, ce n’est pas un iPod. Ni autre lecteur mp3 du genre. Ce n’est pas non plus une radio portative, bien que c’est possible d’en avoir une de ce type-là.

Plusieurs d’entre vous la connaissez déjà, à ceux-là taisez-vous et laissez-moi écrire :P. C’est ma boîte de Pandore, celle qui ouvre des portes jusqu’alors insoupçonnée vers un nombre calculable mais tout de même effarant de bands, de tounes et de styles musicaux.

Je vous explique le concept de Pandora. Une gang de freaks de la musique, informaticiens et musiciens confondus, ont décidé de bâtir le Music Genome Project. Le MGP, c’est une base de donnnées de reconnaissance musicale non pas par type de musique mais par type d’accord, de tonalité, de voix et d’instrumentation. Et puis bon là leurs amis étaient jaloux et voulaient eux aussi avoir accès à ce super projet, alors ils ont créé Pandora (et sont probablement riches à l’heure qu’il est).

Ah mais je vous entends déjà me dire, ben là s’il faut payer…
Eh bien non, c’est gratuit! Il y a énormément de gens qui travaillent à ce projet, dont d’autres freaks-chanceux qui parcourent les villes (mostly USA) à la recherche de groupes émergents et plus undergrounds. Ce qui fait qu’on a autant de musique archi-connue que de nouveaux bands originaux et intéressants.

Le seul hic, c’est qu’il y a très peu de groupes francophones. Mais ne vous inquiétez pas, le champ de musique ne se restreint vraiment pas aux États-Unis.
Il y a aussi qu’après un certain moment, la station devient répétitive et on a fait le tour. Dans ce cas, soit on ajoute un band, soit on supprime et on passe à autre chose!

Alors qu’est-ce que vous attendez? Vous cliquez sur le lien, entrez un nom de band ou de toune, dépendamment si vous êtes du type « groupe », comme moi, ou du type « toune », comme d’autres… N’importe quoi que vous aimez ou que vous voulez découvrir un peu plus, et vous laissez la station rouler, en prenant bien soin de donner du feedback (de la rétro-action…) à votre boite de Pandore. Et ensuite, tout ce que vous avez à faire, c’est de créer d’autres stations, d’en amalgamer, d’écouter et de découvrir pleins de nouveaux groupes et types musicaux!