You are currently browsing the category archive for the ‘Musée’ category.

Manet à Monet, vulgarisé :

«Ton chum Renoir là, y’est ben smatte, mais tu devrais peut-être y dire d’arrête de peindre. C’est vraiment affreux c’qu’y fait.»

Renoir le paysagiste.
Renoir l’audacieux.
Renoir refusé à présenter ses tableaux (comme la plupart des autres impressionnistes).
Renoir prenant les techniques de ses acolytes avec qui il était. Ne peignant pas tant en solo.

On apprend ses différentes techniques qui était alors très surprenantes.
Comme peindre au couteau.
Ou diluer tellement sa peinture à l’huile pour l’utiliser en aquarelle.

Une expostion pas très longue (75 minutes en lisant tout), donc pas du tout lourde.
Bref, très agréable.

Grande question : audioguide ou pas? Perso, je ne les ai pas pris. (Y me prendront pas cinq piasses de pluss certain!) Et je n’en ai pas senti le besoin durant l’expo. Mais semble-t-il qu’il était super intéressant. Entre-autre il y avait une version pour enfants : légère, explicative et instructive. Mais celle pour adultes était plus ardu et technique.

Coût : Comme à l’habitude, extrèmement cher pour rien : 15$ par adulte
Jusqu’au 9 septembre 2007

Musée des beaux-arts du Canada
380, promenade Sussex
Ottawa, Ontario

Publicités

Je qualifierais le musée de Vancouver de correct. Il a 4 étages, qu’il remplit bien, sans plus. Je ne m’y connais pas en luminosité et en toiles, mais je n’ai pas aimé l’éclairage. Ça peut paraître stupide, mais les habitués des musées connaissent son importance. Celui-ci était, selon moi, beaucoup trop fort pour ce qu’on avait besoin. En plus, dans la partie française de l’introduction et dans quelques descriptions incluses dans l’expo d’Emily Carr, (la seule qui était bilingue), il y avait pleins de fautes d’orthographe!

Mais bon. La vie culturelle en général, à Vancouver, est pas géniale. C’est pas comparable à Montréal en-tout-cas, alors c’est en tenant compte de ça que je qualifie le musée de correct. Passable. Médiocre, quoi. (Le vrai sens du mot médiocre…).

Coût: adulte: 15$ – étudiant: 10$ (correct…)

750 Hornby Street. Vancouver, B.C.

*

Emily Carr, New perspectives on a canadian icon
Tu sais c’est qui, toi, Emily Carr? Bravo, parce que moi je la connaissais pas avant d’aller voir cette expo. À la Van Art Gallery, ils ont une collection appréciable de l’oeuvre de cette artiste-peintre, qui a commencé sa « carrière » dans les années folles. Ils ont décidé de la revisiter d’une toute nouvelle façon, comme le titre l’indique…

Pourquoi cette artiste est-elle une icône canadienne?

Un, parce qu’elle est une des grande représentante de la tentative de sauvegarde de la culture des Premières Nations. Personnellement, j’ai trouvé cette partie de l’expo sans grand intérêt. C’est peut-être parce que je suis pas à l’aise avec le fait que l’artiste s’est servie de ça pour se faire (peu, mais tout de même) de l’argent. Mais je dois dire que c’est aussi parce que son esthétique à la néo-impressionniste amérindienne ne m’a vraiment pas impressionnée.

Voyez par vous-même.

ecarr_pic03.jpg

Malgré tout, voir les débuts de l’artiste était pertinent.

S’ensuit quelques peintures inspirées du fauvisme, faites lors de son séjour en France.

ecarr_pic04.jpg

Deux, parce qu’à son retour dans l’Ouest canadien, elle a unit son amour pour la nature, issue de son observation du mode de vie et des croyances des peuples-qui-étaient-ici-bien-avant-nous, et les paysages de la côte nord du Pacifique pour en faire un art propre à elle.

Suffit les portraits de totems et de villages. Infidèle aux mythes, Carr inclut maintenant les totems dans une perspective beaucoup plus globale. Au début, cette période est très sombre. Densité, épaisseur, arbres effrayants.

can133.jpg

Puis, elle découvre une nouvelle technique. Sa peinture devient rapidement lumineuse et fluide. Illustrant sa croyance en la Nature Divine, elle allie anthropomorphisme et animisme pour nous peindre des tourbillons de vie, ciels pleins de mouvements clairs et venteux.

scorned_as_timber.jpg

Tu l’auras deviné… c’est cette partie de l’expo qui en vaut le détour.

Jusqu’au 7 Février 2007

*

PAINT
Une dizaine d’artistes.

Drôle, trash, sexuel, fluo.
Abstractions géométriques, illusions d’optiques, jeux de lignes et de couleurs.

Néo-expressionisme, néo-surréalisme. Moderne et post-moderne.
Milieu punk, scène underground.

Politique. Usage d’icônes, critique.
Citations historiques, sociales et artisitiques.

ostrem.jpg
David Ostrem

Internet – Photographie – Structures et installations – Peinture

stockholder.jpg
Jessica Stockholder

À travers quatre décennies, l’expo nous montre des extraits de l’art telle qu’il a évolué à Vancouver. Et surtout, tel qu’il souhaite être.

Imagination.

Jusqu’au 25 Février 2007.

Comment parler du Musée de la Mer. En fait, il est important de mentionner que nous n’avons vu qu’un seul bâtiment de ce Musée, (celui de l’Empress of Ireland), ce qui peut grandement fausser la vision que nous avons retirée de sa visite.

En entrant, on est accueilliE chaleureusement (comme partout à Rimouski d’ailleurs) par un guide super fin qui nous explique comment ça fonctionne. Un ticket d’entrée nous donne droit à la visite de tous les bâtiments, plus un film ainsi que la possibilité de grimper le phare. Jusque là, génial. Jusqu’à ce qu’on nous donne le tarif. Ouain, c’est cher, mais on aime les phares, et l’histoire de l’Empress pique notre curiosité, alors on y va.

Déception. L’histoire méconnue de ce méga-bateau qui a lui aussi coulé à pic (en 14 minutes!) deux ans après le Titanic est, il est vrai, captivante et super instructive pour les gens curieux comme nous. On nous en raconte sur la construction du navire, ses particularités ainsi que sur mille trucs techniques hyper intéressants, avec images, photographies et reliques récupérées de l’épave à l’appui. Malheureusement, tout tourne au vinaigre au visionnement du film, qui nous laisse perplexe quant aux motifs qui ont poussé les réalisateurs à le tourner. Nous faire pleurer comme des bébés?

Et les témoignages qui ponctuent la fin de l’expo ajoute au mélodrame…

Malgré tout, nous avons adoré la visite du phare. Le guide était super gentil, il savait qu’on n’était pas vraiment étudiantes et nous a chargé comme telles. Vu qu’on était seules avec lui (la visite est impossible sans guide-accompagnateur), on en a profité pour poser pleins de questions concernant le fonctionnement des phares en général. En plus, la vue sur le fleuve était débile!

Coût : 8,50$/étudiant, 10.00$/adulte

Première salle : les changements climatiques. Intéressant qu’on se dit. Pas si mal effectivement, du côté de l’individu. Mais où est la collectivité? Où est le changement social tant nécessaire? Où est la critique de la société de consommation? Ah mais tiens! Ce n’est pas pour rien qu’elle est construite de cette façon cette expo. Elle n’a pas été fait par un-e ou des artistes, mais par le gouvernement. Gouvernement qui perd si nous repensons nos besoins, changeons nos habitudes de façon radicale et perdons le sens de la dépense.

Tout de même bien pour quelqu’un qui ne connaît pas du tout, ou presque, la conception de développement durable. Trop porté sur l’énergie. Mais justement, parle trop du contradictoire « développement durable ».

Et maintenant, la deuxième salle où est présenté « On the Road » : Seulement dans le titre, l’inspiration de Kérouac est présente. Les beatniks ainsi que les road movies américains. Cinq artistes nous présente la route. Celle qu’on ne voit plus. Celle qui est trop présente. Celle que nous oublions, alors qu’elle est belle.
Par la photo, la vidéo et la peinture; cinq visions.

Le musée de façon générale est génial. Petit certes, mais avec une ambiance très décontractée typique des gens du coin. Il n’y a que trois salles sur trois étages avec trois expositions. Ce n’est donc pas lourd comme dans la plupart des musées. En plus d’être espacé, aéré et pas trop climatisé. Bref, on se sent bien. À notre place. Ce n’est ni coincé, ni snob. Juste des expos. Pour nous montrer. Nous faire comprendre. Bref, c’est un chouette endroit!

Coût : génial. 3.00$/étudiant; 4.00$/adulte

35, rue St-Germain Ouest. Rimouski, Québec.