You are currently browsing the monthly archive for septembre 2006.

Ça fait trois ans que je veux y aller.
Mais faute de temps, ou d’organisation, je le manque.
Mais cette année, j’y suis allée!
Un peu de déception, par contre.

Espace trop petit,
Disposition étrange (en coin) des photos,
Écriteau extrèmement petit,
Photos disposées sur des toiles suspendues (donc qui bouge!), … etc

Et surtout!, l’expo avait l’air « tendance ». Et je n’aimais pas ça.
Comme s’il fallait aller au WWP. Très peu pour moi.
Donc,
La plupart des photos étaient mornes, sans vie.
Trop « mise en scène ». Bref, plates.
Mais il y a quand même quelques exceptions qui valent le déplacement.

Entre-autre, la série de portrait de vétérans de la Seconde Guerre Mondiale (mention spéciale à la dame qui a été infirmière pour l’Armée Rouge).

Puis, la jeune Soudanaise au regard vert-jaune perçant.

Ainsi que la classe de français au Mali.

L’homme aveugle à l’oeil jaune.

Le fils attachant la chemise de son père amputé.

La rue de l’Entente.

Le jeune garçon au bras amputé.

Ce qui relie toutes ces photos sont les regards.
Intense.
Toute la douleur, le souvenir, l’espoir réside dans ces regards.

Au Musée Juste Pour Rire jusqu’au 24 septembre 2006.

Ça, c’est un endroit dangereux.
Des livres, des livres et des livres! À la tonne!

J’adore cet endroit. Au premier étage, on retrouve pleins de classiques.
Bien classé.
C’est facile. Euhhm….politique…..euhm…rené lévesque…bang! C’est ce que je voulais!

Puis, il y a le sous-sol.
À prix réduit. (Imaginez, vous êtes déjà dans une libraire de livres usagés donc les prix sont plus bas, mais en plus, il y a une section  »prix réduit ».)
Bref, le sous-sol.
Un amalgame de livres.
Plus ou moins classé.
Où on y retrouve des merveilles (comme Gwen avec Écotopie),
ou des vieilles niaiseries comme des atlas avec l’urss! 😉
Mais à un prix ridicule.

C’est tripant. Je peux passer des heures sans voir le temps passé. Assise par terre à regarder les centaines de livres devant moi. Je feuillette, lis des passages, remet en place, laisse tomber, reprend plus tard.

Mais impossible de ne rien y acheter! De toute façon, c’est pas comme si c’était cher! 😉


4075 St-Denis, Montréal, Québec

Même si mon premier post sur ce tout nouveau – et, je sais, un peu silencieux – blogue était censé concerner ma récente lecture d’une quantité hors normes de romans Harlequins, je triche. Nouvellement Usitaire en Lettres, je me tape présentement une quantité peu commune de bouquins fichument intéressants (d’ailleurs, récemment, à un questionnaire, pour mesurer mon degré d’intellectualisme on m’a demandé: «Combien de livres lisez-vous par an?» Et la catégorie la plus grande était «Plus de 9». J’ai suffoqué. Mais je m’écarte) et dans ma liste se trouve le recueil complet des Poésies de François Villon.

En fait, j’ai même pas encore fini de lire le recueil. En fait, je ne suis pas encore rendue à la page 25. Je triche doublement.

Mais je confesse: je suis déjà amoureuse complète de cette poésie mordante. Je cite:

Item, à maître Ythier Marchant,
Auquel je me sens très tenu,
Laisse mon brant d’acier tranchant
Et à maître Jean le Cornu,
Qui est en gage détenu
Pour un écot sept sols en montant;
Je veul, selon le contenu,
Qu’on leur livre… en le rachetant.*

Comment ne pas se pâmer devant ces vers pinçants? Comment ne pas rire, seule, dans l’autobus? Comment ne pas avoir envie de trouver encore et encore des traits mordants, des injures, etc. tous contenus dans ces petits vers simplets? Comment ne pas avoir envie que tous sachent que Villon a existé? Hm?

Je savais.

Vous le lirez, dites?

Édition recommandée: chez GF, édition bilingue de Jean Dufournet.

*Traduction: «Item, à maître Ythier Marchant, envers qui je me sens très obligé, et à maître Jean Le Cornu, je laisse mon épée d’acier tranchant, qui est retenue en gage pour une dette se montant à sept sous; je veux, selon l’engagement, qu’on la leur livre… à condition qu’ils la rachètent.»

Bon. Je me décide à vous en parler. De mon nouveau jouet. Un petit bijou. Non, ce n’est pas un iPod. Ni autre lecteur mp3 du genre. Ce n’est pas non plus une radio portative, bien que c’est possible d’en avoir une de ce type-là.

Plusieurs d’entre vous la connaissez déjà, à ceux-là taisez-vous et laissez-moi écrire :P. C’est ma boîte de Pandore, celle qui ouvre des portes jusqu’alors insoupçonnée vers un nombre calculable mais tout de même effarant de bands, de tounes et de styles musicaux.

Je vous explique le concept de Pandora. Une gang de freaks de la musique, informaticiens et musiciens confondus, ont décidé de bâtir le Music Genome Project. Le MGP, c’est une base de donnnées de reconnaissance musicale non pas par type de musique mais par type d’accord, de tonalité, de voix et d’instrumentation. Et puis bon là leurs amis étaient jaloux et voulaient eux aussi avoir accès à ce super projet, alors ils ont créé Pandora (et sont probablement riches à l’heure qu’il est).

Ah mais je vous entends déjà me dire, ben là s’il faut payer…
Eh bien non, c’est gratuit! Il y a énormément de gens qui travaillent à ce projet, dont d’autres freaks-chanceux qui parcourent les villes (mostly USA) à la recherche de groupes émergents et plus undergrounds. Ce qui fait qu’on a autant de musique archi-connue que de nouveaux bands originaux et intéressants.

Le seul hic, c’est qu’il y a très peu de groupes francophones. Mais ne vous inquiétez pas, le champ de musique ne se restreint vraiment pas aux États-Unis.
Il y a aussi qu’après un certain moment, la station devient répétitive et on a fait le tour. Dans ce cas, soit on ajoute un band, soit on supprime et on passe à autre chose!

Alors qu’est-ce que vous attendez? Vous cliquez sur le lien, entrez un nom de band ou de toune, dépendamment si vous êtes du type « groupe », comme moi, ou du type « toune », comme d’autres… N’importe quoi que vous aimez ou que vous voulez découvrir un peu plus, et vous laissez la station rouler, en prenant bien soin de donner du feedback (de la rétro-action…) à votre boite de Pandore. Et ensuite, tout ce que vous avez à faire, c’est de créer d’autres stations, d’en amalgamer, d’écouter et de découvrir pleins de nouveaux groupes et types musicaux!