You are currently browsing the monthly archive for août 2006.

Ce livre est loin d’être un roman.
Très lourd à lire.
Contenant énormément de dates.
Extrèmement riche en détails.
Des débuts très timides jusqu’à la fin éclatante.

Ceci est notre histoire. Avec un grand H.
Celle qui a révolutionnée le Québec.
Celle qui nous a mis au diapason.
Celle qui nous as inscrite dans le grand livre des révoltes.

1963. Des graffitis.
Plus tard, des bombes.
Ce temps-là dura bien longtemps.

La multiplication des cellules.
De gauche. De droite. Extrèmiste. Modérée.

McGill français. Indépendance québécoise. Désir d’appartenance.

L’apparition d’un parti politique.
Déboulement des évènements.
Les enlèvements.
Le manifeste.
La mort. Accidentelle ou provoquée?

Puis, la poussière est retombée.
Le peuple québécois est revenu. Fidèle à lui-même.
Laissant l’eau lui couler sur le dos. Tel un canard.

Patriote

Encyclopédie de cette décennie de violence.
À ne pas manquer si vous êtes un mangeux de politique et/ou histoire.

**

Gwenaëlle l’a lu aussi. Son opinion:

«Lourd? Peut-être un peu. Ardu? Seulement quand on s’enfonce dans le tourbillon des dates et des noms. Captivant? Ouais!

C’est un livre (et non pas un roman) qui nous dévoile une partie de l’histoire de notre Québec, cette histoire que nous avons l’habitude de mépriser violemment. C’est aussi un livre qui fera de vous une encyclopédie ambulante. Il deviendra impossible de mentionner les mots Octobre, FLQ, Laporte (etc.) et l’année 1970 sans que vous vous lanciez dans un exposé complet sur le pourquoi du comment. C’est surtout un livre incroyablement bien documenté qui relate la dizaine d’année active du mouvement felquiste, les terroristes québécois (!).»

Publicités

Pour découvrir.
De nouveaux auteurs,
De nouveaux styles,
De nouveaux genres.

Pour apprendre à aimer la lecture.
Car ce ne sont pas tous des Harlequins,
Et car il y a plus que les polars.

Pour discuter, échanger.

Et aussi,

Parce qu’écrire permet de se souvenir, même si ça n’a aucune importance à notre mort. Ça permet de conceptualiser, de mettre des mots sur les pensées abstraites qui peuvent nous traverser quand on se retrouver devant une pièce d’art.

Pour transmettre les bouts de notre amour pour l’art. Pour poursuivre les réflexions nées dans notre tête et vous les lancer.

Pour se botter les fesses aussi. Nous forcer à ne pas laisser mourir cette partie-là de notre vie, peu importe comment celle-ci se déroule.

Pour discuter, critiquer, informer.

Pour pas grand chose finalement. Juste parce qu’on aime ça. Rien de plus compliqué.

Mais,

Pourquoi moi? C’est vrai, l’idée est de Mariane et le titre d’Andy. J’ai rien à foutre là!

Mais. Elles ne pouvaient passer à côté de moi, sous peine de subir des supplices inédits sortis tout droit de mon esprit tordu. Quand même! Qui aurait fait les critiques des livres stupides sinon?

Parce que, vous l’aurez compris – le titre est assez clair avec ça – ce blog sera un blog de littérature (pas seulement, c’est certain, mais telle est l’idée de base). Un blog où nous pourrons parler des livres que nous avons lus, les flatter, cajoler, brûler ou griffer. Yeah!

«Un blog à concept», douterez-vous. Je sais. Les débuts seront peut-être difficiles, les critiques boiteuses, les livres débiles. Je vous demande donc de la patience, de l’amour, et beaucoup de commentaires enquiquinants. Avec toute notre volonté, notre bataille contre l’immobilisme ne pourra qu’être gagnée. Et tout le plaisir en sera pour vous (les chanceux!)

Et que Dieu veille sur vous!